Les parfums de Grasse .

Publié le par Brigitte M

Techniques de production du parfum :
 

Un parfum à l’odeur fugace est créé après une longue série d’opérations alchimiques. Les paysans transportaient leurs cuves de distillation dans les montagnes aux environs de Grasse, récoltaient les fleurs sauvages et extrayaient le parfum directement à ciel ouvert au moyen de chaudrons de cuivre et de vapeur d'eau, sur place grâce à une découverte du XVIème siècle qui révolutionna les techniques de production, l'alambic ; on ne peut ignorer l’origine arabe de cette découverte avec la racine-article « al ». Les Grassois, paysans parfumeurs pouvaient ainsi extraire le parfum des plantes, sous forme d'huiles. La découverte d’un moine italien fut également prépondérante ; il s'aperçut que les parfums sont solubles dans l'esprit de vin ; il découvrit la conservation des parfums dans l'alcool. Dès cet instant la fabrication du parfum est simplifiée et les méthodes se modernisent à grande vitesse. La ville de Grasse accède ainsi au titre de capitale du parfum, puis de capitale mondiale, tant son renom est propagé de par le monde. Aujourd'hui, la technique de production par distillation s'est encore améliorée. L'industrie de la parfumerie obtient de nouveaux parfums par des méthodes chimiques et synthétiques.

Chaque maîtresse de maison connaît le secret d'une méthode déjà employée depuis des siècles pour obtenir un parfum, "l’enfleurage à froid ". Faites l’expérience de mettre dans votre frigo le poisson à côté du beurre, celui-ci froid gardera l’odeur du poisson. Ce procédé particulièrement utilisé pour la jacinthe et le jasmin dont les parfums très délicats sont extraits par répétition du processus. Selon les fleurs, on emploie différents procédés naturels pour en capter l’odeur. La production de parfums, à l'aide de solvants comme l'alcool est aujourd'hui très appréciée et développée dans l'industrie de la parfumerie. Un échange répété dans le solvant, extrait des plantes par un procédé chimique le parfum. Plusieurs filtrations permettent d’obtenir une solution à forte concentration que l’on appelle « l’absolue ».

La fabrication de l'essence de jasmin ou de rose joue encore aujourd'hui un rôle important à Grasse. Une cueilleuse doit travailler plusieurs milliers d’heures pour ramasser une tonne de fleur et il faut près d’un million de fleurs cueillies à la main, pour faire 1 kg seulement d'essence de jasmin.C’est le prix de l’or en quelque sorte! Un litre d’essence de rose peut coûter entre 10 000 € et 20 000 €. Un litre d'essence absolue permet de produire prés de 3.000 litres de parfum à très forte concentration. C’est à la fois peu et énorme.
Les parfums d’origine chimique ont commencé à apparaître sur le marché vers 1920. Des procédés techniques évolués ont favorisé la fabrication de parfums artificiels, de copier des parfums naturels ou de créer des parfums entièrement nouveaux : le coût de production a vertigineusement baissé. Seules les marques les plus prestigieuses utilisent encore des fleurs naturelles comme le jasmin : « noblesse oblige ».

La formule des parfums est composée par un nez ; à partir d’un cahier des charges très précis, il va composer la formule en humant avec sa mémoire olfactive des mouillettes de papier, en assemblant ces odeurs. Il possède devant lui un orgue de parfumeur sorte de clavier contenant des dizaines de flacons d’essence.
La ville de Grasse est devenue le principal centre mondial de la parfumerie avec un chiffre d'affaire de plusieurs milliards, elle emploie plus de 2500 personnes et des formations aux techniques de production modernes se déroulent dans ses Lycées et centres de formation. La ville est équipée pour former ses cadres de haut niveau.
Actuellement Grasse a su suivre l'évolution des techniques et des besoins et une branche proche s'est développée : l'aromatique alimentaire.
Outre les parfumeries que l'on peut visiter toute l'année et son musée du costume provençal (que je vous recommande si vous voulez voir les plus belles pièces anciennes de la tradition), Galimard, Bouchara, etc... on peut en saison visiter les champs de fleurs des environs*

Les fleurs à parfum de la région Grassoise :

Elles sont la lavande, la tubéreuse, la fleur d’oranger, la jacinthe, et bien sûr les principales, les plus connues, auxquelles la ville est vouée et rend en quelque sorte un culte : La Rose, le Jasmin.

La Rose :

Inutile de décrire la reine des fleurs, ses variétés sont des plus nombreuses. Au mois de Mai chaque année une manifestation d'importance lui est réservée :
L’exposition internationale de la rose ou Grasse expo-rose. Avec plus de 30.000 roses sélectionnées, Grasse, Capitale des parfums, organise chaque année au mois de mai, une manifestation grandiose en l’honneur de la reine des fleurs. Ce n'est pas un hasard si cette Fête se déroule en mai.
En effet, la rose de mai ou " centifolia " très utilisée en parfumerie est récoltée en mai. La villa-musée Fragonard, présente à l’occasion une exposition rehaussée par des concerts, conférences, le thème de la reine des fleurs et fleur des reines. La première édition s’est déroulée en 1971, dans les jardins et les salons de la Villa Fragonard, ce musée consacré au peintre de la cour de Louis XV. Des bouquets artistement composés de fleurs multicolores enchantent notre vue et notre odorat. Un jury délibère avant l’ouverture pour choisir la plus belle rose. Plus de 15 000 visiteurs visitent Expo Rose chaque année. Toute la ville vibre à l’unisson de la manifestation. La rose a pour notre ville une signification particulière. Il y a plus de 200 ans la mode était à parfumer les gants de peau avec de l’essence de rose, c’était les balbutiements d'une industrie aujourd'hui développée dans le monde entier qui a permis la renommée internationale de Grasse..

Le Jasmin :

Le jasmin est une fleur blanche du genre des dicotylédones à feuilles lancéolées, très odorante, parfois entêtante.
A Grasse, une fête florale a été créée pour fêter la fleur,… mais laquelle ? la rose, ou le jasmin ? On a longuement hésité. Le jasmin étant la fleur spécifiquement grassoise, on eut l'idée de créer une fête du jasmin qui, s’est "provençalisée" en Jasminade.
La fleur du jasmin est trop fragile pour être coupée à l’avance et attendre le soir du défilé sur les chars. L'idée est venue de se servir d'eau de fleur de jasmin qui est pulsée sur le public par un véhicule des pompiers. La première fête du jasmin, à Grasse, a vu le jour en août 1946. Depuis son début jusqu'à nos jours, la fête du jasmin a évolué, tout en gardant son caractère provençal et traditionnel. Le corso se compose d'une dizaine de chars décorés de motifs floraux avec, à leur bord, des jeunes filles qui jettent sur le public des fleurs multicolores. De nombreux groupes folkloriques et fanfares participent à ces réjouissances, groupes venus de France et de l'étranger. Ces formations, donnent à la fête du jasmin un caractère qui maintient son aspect populaire, pour le plus grand plaisir des grassois, mais également des touristes nombreux dans la région en cette saison.


La tubéreuse :

Originaire du Mexique, la Tubéreuse a été introduite à Grasse au 17ème siècle pour y être cultivée et utilisée en parfumerie. Aujourd’hui la production est essentiellement en Inde. L’absolue tubéreuse a un départ entêtant, médicamenteux, puis développe une note miellée, cireuse, crémeuse et chaude, avec des aspects fleur d’oranger et chèvrefeuille. On la retrouve dans les accords fleurs blanches capiteux.




grasse-ville-2.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article