Lexique des parfumeurs M :

Publié le par Brigitte M

Macération :
La macération est un procédé par lequel, comme pour l’enfleurage, on extrait des huiles essentielles florales au moyen de graisses chaudes.

Masculin :
Masculin est une notion olfactive subjective. On désigne normalement par ce terme les notes olfactives préférées par les hommes. Elles contiennent des accents âpres comme le cuir, le tabac, les herbes, les épices, les mousses et les bois. Elles sont en général moins florales que les notes féminines et contiennent souvent un fort pourcentage de composants frais. Ces dernières années, on a observé un rapprochement très net entre les notes masculines et féminines.

Matières odorantes naturelles :
Les matières odorantes naturelles sont des produits d’origine végétale ou animale extraits selon des procédés appropriés. Huiles essentielles, absolues, concrètes, résines, baumes et teintures en sont les représentants classiques.

Matières odorantes synthétiques :
Ce sont des substances préparées à partir de matières premières chimiques et qui sont odorantes. Les matières odorantes semi-synthétiques dérivent de produits naturels qui ont subit un traitement chimique approprié.

Station de mélange :
La station de mélange est une étape de la fabrication d’un parfum: c’est là que sont mélangés à grande échelle les huiles essentielles selon la formulation du parfumeur. Les stations de mélange modernes fonctionnent par ordinateur aujourd’hui en semi-automatique.

Métallique :
Les notes métalliques dans les parfums procurent un effet frais et une sensation propre au parfum. Elles servent à nuancer et non à personnaliser fortement.

Menthé :
Les notes olfactives menthées évoquent la menthe poivrée et la menthe crépue ; elles sont utilisées en parfumerie en note de tête pour l’effet fraîcheur.

Modifier :
Modifier un parfum consiste à introduire dans le thème de base, un parfum à succès des accords complémentaires ou différents. Ainsi naissent pour le profane, de nouveaux parfums; pour le spécialiste, il s’agit de modifications de thèmes connus.

Mouillette :
Une mouillette est une bandelette de papier buvard d’environ 15 cm de longueur, qui sert à prélever des touches de matière odorante avant de les respirer. La mouillette permet de suivre les différentes phases du développement olfactif des composants. L’appréciation définitive d’un parfum doit toujours se faire sur la peau car les conditions sont différentes entre la mouillette et la peau.

Mousse :
Les nuances mousse, extraites de différentes variétés de mousses d’arbres (en particulier de la mousse de chêne), jouent un grand rôle dans presque tous les types de parfum. Elles ont une importance particulière dans les notes chypre. Les nuances mousse présentent une image olfactive très complexe; à côté de la composante mousse proprement dite, on y détecte des touches d’algue, de cuir, de bois, etc… Elles sont indispensables tant pour leurs excellentes propriétés de fixation que pour leur capacité de conférer aux parfums une profondeur et un épanouissement inégalés.

Mûrissement :
Un parfum doit mûrir entre quatre à huit semaines avant d’être mis sur le marché, afin que les divers constituants puissent se fondre et que le parfum s’épanouisse pleinement.

Publié dans Lexique des parfumeurs

Commenter cet article