Histoire des parfums !

Publié le par Brigitte M


Moyen de séduction utilisé depuis la plus haute Antiquité, le parfum crée un sillage subtil et très personnel capable d’éveiller des émotions et des souvenirs. Revenons plus précisément sur l’histoire et la composition de ce produit cosmétique si particulier, qui permet d’affirmer sa personnalité par le biais d’une empreinte olfactive unique.

ORIGINE DU PARFUM :


Le parfum a été utilisé par tous les peuples de l’Antiquité, en particulier par les Égyptiens qui avaient installé d'importantes fabriques dans la ville d’Alexandrie.
Les techniques de fabrication, qui resteront rudimentaires jusqu'à la fin du Moyen Âge, se limitaient alors à utiliser des produits (comme des écorces, des résines, des racines) broyés, pilés, bouillis et imprégnés de matières grasses.
L'encens est alors le plus prisé des parfums, surtout utilisé dans le cadre de pratiques religieuses, telles que des offrandes ou des embaumements.

L'Antiquité :

De tous temps le parfum a été présent dans la vie des hommes.Le terme parfum est dérivé du latin perfumum, qui signifie littéralement par la fumée. Il désigne en fait la fumée odorante qui se dégageait des résines brûlées lors des rites votifs.
Les plus anciennes preuves que l'on ait de son utilisation datent de l'Egypte Ancienne : fresques, vases en albâtre, en terre cuite ...
Le parfum était alors strictement réservé au culte des dieux et des morts, en particulier lors de l'embaumement et de la cérémonie accompagnant l'arrivée du sarcophage au tombeau.

Son usage se répandit par la suite. Le parfum était alors de plus en plus prisé et apprécié, devenant même indissociable de la vie de tous les jours. Dans les maison il y avait deux pièces pour la toilette : l'une était réservée aux femmes, l'autre aux hommes.
L'hygiène avait une grande importance pour les égyptiens : ils pensaient ainsi purifier leur corps, et par conséquent leur esprit.

Le parfum était utilisé sous diverses formes : onguent, baume, pommade, encens, eau et huile parfum.
La plus grande partie des essences étant importé d'Inde : pin, myrte, cinnamome , cèdre.

Le Moyen Âge :

Au début du Moyen Age, l'usage des parfums régresse à cause de la désaprobation de l'église par rapport à leur utilisation. Mais la France découvre alors la distillation avec les Arabes qui ramènent l'alambic. De plus les Croisades favorisent les échanges et l'importation d'essences et de substances tel que : musc, santal, ambre...
Le parfum fait alors partie de l'hygiène et de la toilette. On croit même à ses vertues médicinales.

Ce sont donc les herboristes et les apothicaires qui vendent épices et arômes. Mais c'est aux gantiers qu'est attribué le commerce du parfum puisqu'ils s'en servent quotidiennement pour assouplir et parfumer les peaux. Malgré l'interdiction de pouvoir s'appeler "parfumeur", ils finiront par pouvoir prendre le titre de "gantier-parfumeur".

La Renaissance  :

La Renaissance améliorera considérablement les techniques relatives au parfum. Dans un premier temps avec la chimie, ensuite avec l'invention de l'imprimerie qui permet alors l'édition et la circulation des ouvrages techniques.
On découvre aussi le Nouveau Monde d'où les explorateurs ramènent de nouvelles matières premières comme la vanille, le poivre, le tabac, le café ...

Mais, alors que le parfum est de plus en plus utilisé, c'est de façon contradictoire que l'on voit l'hygiène reculer. On utilise beaucoup moins le parfum pour la toilette, que pour masquer les odeurs. On le retrouve donc partout, et sur beaucoup d'objets divers et variés : les éventails, les gants, les masques de velours...
C'est grâce à ce développement du parfum, qu'à la fin du XVIème siècle, la ville de Grasse devient la Capitale du Parfum.


Naissance de la parfumerie moderne :

Deux innovations vont bouleverser l’histoire de la parfumerie à la fin du Moyen Âge :

Le perfectionnement de l'alambic, par un système de refroidissement facilitant la distillation et la découverte de l'alcool éthylique, qui va offrir un support différent des huiles ou des graisses.
Au XIVème siècle apparaît ainsi l'Eau de la Reine de Hongrie, un alcoolat à base de romarin et d'essence de térébenthine.
Dès lors, le parfum va être utilisé en Occident pour parfumer les vêtements, et plus précisément les gants, le métier de parfumeur étant alors associé à celui de gantier.
La ville de Grasse, où sont inventées de nouvelles techniques afin de mieux recueillir l'essence des fleurs fragiles, devient la capitale du parfum.
A partir du XVIIIème siècle, on parfume aussi bien son corps que ses vêtements et ses accessoires, mais le vaporisateur ne sera inventé qu’au siècle suivant.
A la fin du XIXème siècle, la production prend une dimension industrielle, avec un conditionnement fabriqué en série, l’apparition des grands magasins et l’arrivée des premiers parfums de synthèse grâce aux progrès de la chimie organique.
Aimé Guerlain fut le premier à mettre au point une fragrance à partir d’éléments de synthèse (de la vanilline et de la coumarine) en 1889 : la parfumerie moderne est née .






Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article